Blog Viewer

Appui au personnel infirmier autonome comme agent de changement : l’ACIIATA

  
https://www.canadian-nurse.com/blogs/cn-content/2020/12/17/canadian-association-of-self-employed-rns-supporti
déc. 17, 2020, Par: Gigi van den Hoef , Susan Hagar
istockphoto.com/monkeybusinessimage.
Les infirmières et infirmiers sont nombreux à chercher des options en dehors des hôpitaux et des établissements communautaires. Ils espèrent à juste titre pouvoir offrir davantage aux patients et aux familles en étant autonomes et à leur compte.

Messages à retenir

  • Compte tenu des suppressions massives de postes dans les services de soins actifs partout au Canada, le financement doit évoluer pour mettre l’accent sur les soins et la prise en charge des maladies chroniques dans la communauté.
  • Il faut que les décideurs, les éducateurs et les cadres du secteur des soins de santé sachent que le personnel infirmier en travail autonome comble des lacunes dans les soins.
  • L’Association canadienne d’infirmières et infirmiers autorisés en travail autonome, aussi connue sous le nom d’ACIIATA (CASE RNs, en anglais), est le seul organisme national consacré aux infirmières et infirmiers qui travaillent à leur compte.

L’augmentation constante au Canada du nombre de personnes âgées et de patients complexes et la réduction du financement des soins en milieu hospitalier ont entraîné un abandon progressif des soins traditionnels en établissement en faveur de soins à domicile et dans la communauté (Wall, 2014, 2015). Compte tenu des suppressions massives de postes dans les établissements de soins actifs partout au Canada, le financement doit évoluer pour mettre l’accent sur les soins et la prise en charge des maladies chroniques dans la communauté, car les patients sont « renvoyés chez eux trop tôt avec peu de soutien dans la communauté, voire aucun » [traduction] (Cleveland, Motter et Smith, 2019; Leslie, 2015; Wall, 2014, 2015).

Beaucoup d’infirmières et d’infirmiers ont cerné les besoins non satisfaits de notre population vieillissante et des personnes atteintes de maladies neurologiques. Remarquant une demande croissante pour des soins de santé dans la communauté et un accès très restreint à des soutiens professionnels, ils en ont profité pour se mettre à leur compte.

Dans d’autres pays, aux États-Unis et en Australie par exemple, des infirmières et infirmiers travaillent à leur compte (Gardner, Duffield, Doubrovsky et Adams, 2016; National Nurses in Business Association, 2020). Au Canada, cependant, on manque de publications sur le personnel infirmier en pratique autonome ou privée (Graham, 2013).

Dans le présent article de la série Séances scientifiques en soins infirmiers, nous évoquons et mettons en lumière l’histoire des infirmières et infirmiers autorisés en travail autonome et de l’Association canadienne d’infirmières et infirmiers autorisés en travail autonome, aussi connue sous le nom d’ACIIATA (CASE RNs, en anglais), la seule organisation nationale d’infirmières et infirmiers à leur compte.

Personnel infirmier autorisé en travail autonome

La pratique autonome des infirmières et infirmiers autorisés n’est pas une idée nouvelle. En 2004, le Conseil international des infirmières (CII) a publié un document intitulé Guidelines on the Nurse Entre/Intrapreneur Providing Nursing Service. Il y est question de l’entrepreneuriat infirmier et de ses débuts, à l’aube du 20e siècle. De nombreux infirmières et infirmiers avaient alors une pratique autonome : « en 1930, plus de 60 % des infirmières et infirmiers autorisés au Canada étaient en service privé » [traduction], CCI, 2004, p. 7).

En 2012, le CCI a produit et publié un livret de 74 pages intitulé Les infirmières créatrices d’opportunités en tant qu’entrepreneures et intrapreneures : manuel de pratique entrepreneuriale (Sanders et Kingma, 2012).

Au Canada, des infirmières et infirmiers utilisent l’entrepreneuriat pour apporter un soutien infirmier au-delà des soins centrés sur l’hôpital, le personnel infirmier étant également considéré comme un agent de changement (Wall, 2014, 2015). Pour ceux qui envisagent l’entrepreneuriat ou la pratique à leur compte, DeSantis et Scales (2015) décrivent l’entrepreneuriat comme le fait de « gérer une entreprise en y consacrant le temps et les efforts nécessaires, en acceptant les risques financiers, psychiques et sociaux, avec pour récompense des satisfactions monétaires et personnelles et l’indépendance ». Le moment est peut-être venu d’étudier la possibilité de devenir des entrepreneurs pour ceux qui sont « indépendants, confiants, créatifs et bons communicateurs, visionnaires, déterminés et concentrés, motivés et capables de finir ce qu’ils commencent » [traduction], (p. 94).

D’après les chiffres analysés par l’Institut canadien d’information sur la santé (ICIS), le Canada compterait 2 837 infirmières et infirmiers autorisés à leur compte (B. Wang, communication personnelle, 8 juin 2020). Les infirmières et infirmiers praticiens ou autorisés du Manitoba ayant peu participé à la déclaration volontaire, ils ne sont pas inclus dans ce chiffre (B. Wang, communication personnelle, 8 juin 2020). Nous avons aussi contacté la Société de protection des infirmières et infirmiers du Canada (SPIIC), où l’on nous a dit : « comme la protection en matière de responsabilité professionnelle n’est pas exigée dans toutes les provinces et tous les territoires, nos statistiques sur le nombre d’infirmières et infirmiers à leur compte pourraient ne pas être très complètes » [traduction] (E. Fortier, communication personnelle, 17 septembre 2020).

Au Canada, des infirmières et infirmiers utilisent l’entrepreneuriat pour apporter un soutien infirmier au-delà des soins centrés sur l’hôpital, le personnel infirmier étant également considéré comme un agent de changement.

L’Association canadienne d’infirmières et infirmiers autorisés en travail autonome (ACIIATA )

L’ACIIATA a été lancée en 2015 sous le nom d’Association canadienne des infirmières et infirmiers en pratique indépendante (ACIIPI, ou IPNAC, en anglais). Le gouvernement fédéral a accordé ses statuts constitutifs à l’Association en vertu de la Loi sur les corporations canadiennes le 20 octobre 2015. Le nom a été changé à ACIIATA (CASE RNs, en anglais) en 2016 pour respecter les exigences de l’Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC) pour son Réseau canadien des spécialités en soins infirmiers. En effet, le terme « indépendant » faisant seulement référence, au sein de l’AIIC, aux infirmières et infirmiers en Ontario et au Québec, il fallait changer le nom, ce qui a été fait en mai 2016.

L’ACIIATA a été lancée officiellement en juin 2016 à l’Assemblée annuelle des membres de l’AIIC à Saint John (N.-B.). En 2017, cependant, faute de membres, l’ACIIATA n’a pas pu respecter les exigences de l’AIIC et est donc devenue inactive.

Début 2019, l’ancienne direction de l’Association a demandé à l’organisation Independent Practice Nurses Ottawa (IPNO) de porter la mission et la vision de l’ACIIATA. Les dirigeants d’IPNO ont formé une nouvelle direction pour l’ACIIATA et établi un nouveau conseil d’administration national; IPNO est ainsi devenu la section ottavienne de l’ACIIATA.

Un groupe d’infirmières et infirmiers indépendants, à leur compte et entrepreneurs, ont fondé IPNO en 2015. Lors de leurs réunions mensuelles, ils travaillent de façon intraprofessionnelle lorsque c’est possible et profitent de leurs savoirs et expériences respectifs. Ils travaillent aussi de façon interprofessionnelle, et se constituent un réseau de collègues infirmières et infirmiers à consulter qui inclut des collègues du système public de soins de santé.

Ils continuent d’offrir leur expertise infirmière dans des postes de direction au sein d’associations sans but lucratif et dans la communauté en assurant la gestion de cas cliniques, des soins infirmiers en service privé, un soutien en santé mentale, de la thérapie cognitive, des soins des pieds, des soins des plaies spécialisés, des soins pour les stomies et la continence et bien d’autres services. L’expérience des membres d’IPNO en soins infirmiers et en affaires a permis de relancer sans encombre l’ACIIATA, et l’organisation a établi une plateforme durable à partir de laquelle se développer et servir ses membres. Allez sur le site Web de l’ACIIATA (en anglais seulement) pour en savoir plus sur son travail et devenir membre.

Décideurs, éducateurs et cadres infirmiers : un appel à l’action

Il faut sensibiliser les décideurs, les éducateurs et le personnel infirmier autorisé dans des postes de direction au nombre croissant d’infirmières et infirmiers qui travaillent en dehors du modèle actuel de financement de la santé. Ces infirmières et infirmiers à leur compte dirigent des entreprises florissantes, et s’ils existent, c’est parce qu’ils apportent quelque chose d’important aux patients et au système de santé en comblant les nombreuses lacunes du système actuel de prestation de soins.

Beaucoup de gens ont un régime privé d’assurance maladie qui couvre les services infirmiers; d’autres sont prêts à payer pour recevoir des services complémentaires, car ils comprennent leur valeur lorsque le soutien financé par le gouvernement est insuffisant (Hermus, Stonebridge, Thériault et Bounajm, 2012).

On a observé que, généralement, les gens qui ont une couverture privée ne sont pas au courant des possibilités d’accéder à des services privés de soins infirmiers. Leur médecin de famille et le personnel des services d’urgence ne les informent pas de ces options, et on ne leur en parle pas non plus à l’hôpital ou dans les établissements communautaires.

Il faut sensibiliser les décideurs, les éducateurs et le personnel infirmier autorisé dans des postes de direction au nombre croissant d’infirmières et infirmiers qui travaillent en dehors du modèle actuel de financement de la santé.

Les consommateurs de soins de santé ont de nombreuses options dans la communauté en plus des services financés par les provinces. Il est regrettable que tous ceux qui se qualifient pour des régimes d’assurances n’en profitent pas. Grâce au modèle de soins infirmiers centré sur le bien-être, beaucoup de gens pourraient vivre chez eux plus longtemps et avoir une meilleure qualité de vie.

Il faut informer les décideurs, les éducateurs et les cadres infirmiers de l’existence des infirmières et infirmiers indépendants. Ces derniers comblent les lacunes dans les soins tout en apportant de nouvelles technologies et en contribuant aux recherches et au développement déjà en cours dans la communauté.

L’accès à des infirmières et infirmiers autonomes est essentiel pour mieux soutenir la prestation de soins de santé fiables. Le système fiscal doit par ailleurs être revu, car l’exemption pour les services infirmiers varie d’un endroit à l’autre. Ainsi, en Ontario, il faut facturer la taxe de vente harmonisée quand on fournit du personnel infirmier à un établissement ou quand on fait de la recherche dans la communauté, mais les soins infirmiers directs sont exonérés de cette taxe.

À l’avenir

Pour déterminer combien d’infirmières et infirmiers travaillent à leur compte et mieux comprendre les services qu’ils fournissent, plus d’interconnectivité est nécessaire. Dans toutes les provinces et tous les territoires, les ordres professionnels pourraient poser plus de questions à leurs membres qui travaillent à leur compte dans le but de faire la lumière sur leur rôle, mettre la profession en valeur et promouvoir le personnel infirmier en tant qu’innovateur et leader.

Les infirmières et infirmiers sont nombreux à chercher des options en dehors des hôpitaux et des établissements communautaires. Ils espèrent à juste titre pouvoir offrir davantage aux patients et aux familles en étant autonomes et à leur compte. Ils auront le soutien et l’exemple inspirant de l’ACIIATA et de leurs collègues, qui ont découvert que travailler de façon indépendante au sein de leur propre compagnie est une excellente solution.

À l’avenir, l’ACIIATA continuera de tenir des réunions nationales mensuelles au moyen de webinaires, et elle planifie une conférence virtuelle en 2021. Vous êtes tous invités à participer aux efforts pour transmettre nos savoirs et attirer l’attention sur le bon travail de nos membres, des infirmières et des infirmiers qui sont des disrupteurs délibérés, des influenceurs inspirés et des leaders tenaces.

Remerciements

Nous tenons à remercier L. Jurick, K. Lake et J. Riley d’avoir examiné et commenté notre manuscrit.

Références

Cleveland, K. A., Motter, T. et Y. Smith. « Affordable care: Harnessing the Power of Nurses », Online Journal of Issues in Nursing, 24(2), 2019, manuscrit 2. doi : 10.3912/OJIN.Vol24No02Man02

Conseil international des infirmières (CII). Guidelines on the Nurse Entre/Intrapreneur Providing Nursing Service, 2004. Consulté sur : https://ipnig.ca/education/Guidelines-NurseEntre-ICN.pdf

DeSantis, K. et T. W. Scales. « NEW (Nurse Entrepreneurship Worldwide) », Academy of Business Research Journal, 4, 2015, p. 92-96.

Esposito, C. L. et L. Contreras Sollazzo. « Nurse Entrepreneurs: The Real Independent Practice of Nursing », Journal of the New York State Nurses Association46(2), 2019, p. 26-39.

Gardner, G., Duffield, C., Doubrovsky, A. et M. Adams. « Identifying advanced practice: A national survey of a nursing workforce », International Journal of Nursing Studies, 55, 2016, p. 60-70. doi : 10.1016/j.ijnurstu.2015.12.001

Graham, R. « Nursing entrepreneurship: a view from the field », Nursing Leadership, 26(2), 2013, p. 41-42. Consulté sur : https://www.longwoods.com/content/23449

Hermus, G., Stonebridge, C., Thériault, L. et F. Bounajm. « Home and Community Care in Canada: An Economic Footprint », Conference Board du Canada, 2012. Consulté sur : https://www.conferenceboard.ca/e-library/abstract.aspx?did=4841.

Institut canadien d’information sur la santé (ICIS). « Le personnel infirmier au Canada, 2019 — Statistiques éclair, 2020 ». Consulté sur : https://www.cihi.ca/fr/le-personnel-infirmier-au-canada-2019.

Leslie, K. « Ontario nurses warn hospital cuts, layoffs increase risk of patients dying », CBC, 2015. Consulté sur : http://www.cbc.ca/news/canada/toronto/ontario-nurses-warn-hospital-cuts-layoffs-increase-risk-of-patients-dying-1.3285024

National Nurses in Business Association (NNBA). The voice of nurse entrepreneurship, 2020. Consulté sur : https://nursesbusiness.com/

Sanders, E. M. et M. Kingma. Les infirmières créatrices d’opportunités en tant qu’entrepreneures et intrapreneures : manuel de pratique entrepreneuriale, 2012, Conseil international des infirmières (CII). Consulté en anglais sur : https://www.icn.ch/sites/default/files/inline-files/2012_Handbook_entrepreneurial_practice_eng.pdf

Wall, S. « Self-employed nurses as change agents in healthcare: strategies, consequences, and possibilities », Journal of Health Organization and Management, 28(4), 2014, p. 511-531. doi : 10.1108/jhom-03-2013-0049

Wall, S. « Dimensions of precariousness in an emerging sector of self-employment: A study of self-employed nurses », Gender, Work & Organization, 22(3), 2015, p. 221-236.


Gigi van den Hoef, MHS, B. Sc., inf. aut., CCRP, est agente de liaison médicale et infirmière-conseil. Elle est présidente désignée de l’Association canadienne des infirmières et infirmiers en pratique indépendante.
Susan Hagar, inf. aut., BCPA, est fondatrice et directrice générale de Nurse On Board, à Ottawa, et présidente de l’Association canadienne des infirmières et infirmiers en pratique indépendante.

#analyse
#modèlesdesoins
#santécommunautaire
#systèmedesanté
#soinsàdomicile
0 comments
139 views

Connectez-vous pour laisser un commentaire