Blog Viewer

Pourquoi mieux dépister et traiter l’hypertension chez les femmes âgées

  
https://www.canadian-nurse.com/blogs/cn-content/2020/11/30/why-more-needs-to-be-done-to-diagnose-treat-hypert
nov. 30, 2020, Par: Lyne Cloutier, inf. aut., Ph.D.
Woman sitting in an armchair
Gracieuseté de Lyne Cloutier
Les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux doivent impérativement appliquer une stratégie de santé publique judicieusement planifiée en vue de prévenir et maîtriser l’hypertension artérielle. Ils doivent en outre collaborer avec les secteurs de la santé et des sciences pour la surveillance, l’évaluation et la mise en œuvre de cette stratégie, qu’ont approuvée l’Association des infirmières et des infirmiers du Canada et de nombreuses autres organisations.

Messages à retenir

  • On a noté au cours de la dernière décennie, une diminution de la maîtrise de l’hypertension artérielle a diminuétout particulièrement chez les femmes de 60 ans et plus, tandis que chez les hommes cette diminution n’est pas observée.
  • Les femmes âgées étant à risque modéré ou élevé de maladies cardiovasculaires, on doit vérifier leur pression artérielle à chaque consultation de routine et, le cas échéant, traiter et maîtriser leur hypertension artérielle.
  • Le présent article fait référence à plusieurs algorithmes de diagnostic et de traitement simples permettant de maîtriser jusqu’à 90 % des cas d’hypertension artérielle.

Je souhaite faire la lumière sur un problème de santé important, surtout pour les femmes âgées.

On sait depuis un certain temps que l’hypertension artérielle constitue l’un des principaux facteurs de risque modifiables de mortalité et de morbidité chez les personnes âgées au Canada et à travers le monde. Elle peut être traitée efficacement au moyen d’antihypertenseurs et de modifications des habitudes de vie. Comme le risque augmente avec l’âge, on doit redoubler d’attention avec les personnes âgées.

Pourtant, au cours de la dernière décennie, la maîtrise de l’hypertension est en recul chez les femmes de 60 ans et plus, alors que cette maîtrise se maintient à un niveau élevé chez les hommes (Leung, Williams, McAlister, Campbell et Padwal, 2020). Dans plusieurs pays, on maîtrise maintenant mieux l’hypertension artérielle chez les femmes âgées qu’on le fait au Canada.

Tendances soutenues

Cette tendance est soutenue bien que le Canada ait acquis la réputation, entre 2000 et 2010, d’avoir le meilleur taux de maîtrise de l’hypertension artérielle chez les personnes âgées, entrainant ainsi des baisses de la mortalité cardiovasculaire étroitement liées à l’intensification du traitement de l’hypertension artérielle (Campbell et coll., 2009). Les infirmières ont joué un rôle déterminant dans cette réussite en : étant un vecteur d’information, utilisant des protocoles standardisés, mesurant la pression artérielle régulièrement et d’une manière standardisé et en assurant la surveillance de l’efficacité des traitements.

Malheureusement, les taux de mortalité cardiovasculaire ont aussi recommencé à augmenter au Canada depuis 2010, après avoir constamment baissé pendant un demi-siècle. En fait, au Canada, chez 90 % des femmes dont la pression artérielle n’est pas maîtrisée on retrouve une pression systolique élevée (supérieure ou égale à 140 mmHg) (Campbell et coll., 2009). Si l’augmentation de la mortalité cardiovasculaire est en partie liée au vieillissement de la population, elle est aussi indéniablement attribuable à une prévention inefficace des causes bien établies – modifiables pour la majeure partie – de maladies cardiovasculaires chez les Canadiennes et les Canadiens (hypertension artérielle, dyslipidémie, glycémie élevée, alimentation inadéquate, tabagisme et inactivité physique ainsi que l’obésité).

Diagnostic et traitement : rôle des infirmières

Malheureusement, les taux de mortalité cardiovasculaire ont aussi recommencé à augmenter au Canada depuis 2010, après avoir constamment baissé pendant un demi-siècle.

Lorsqu’elle prenne soin des femmes âgées, les infirmières doivent garder à l’esprit plusieurs points importants. Comme les femmes sont à risque modéré ou élevé de maladies cardiovasculaires, on doit vérifier leur pression artérielle à chaque consultation de routine, et on doit systématiquement traiter et maîtriser en présence d’hypertension artérielle(PA supérieure à 140/90 mmHg), le cas échéant. Pour la petite proportion de femmes de 60 ans et plus pour qui le risque cardiovasculaire est faible (risque d’accident cardiovasculaire dans les 10 ans inférieur à 10 %), l’adoption de saines habitudes de vie devrait être le premier traitement.

Chez plusieurs personnes, sinon la majorité, au moins deux médicaments seront nécessaires pour maîtriser l’hypertension artérielle. On trouvera ci-dessous un résumé des mesures essentielles pour une meilleure maîtrise de la pression artérielle. Il faut aussi se souvenir que pour les personnes atteintes de diabète, le seuil de traitement de l’hypertension doit être de 130/80 mmHg, et le but doit être de toujours les maintenir en dessous du seuil.

Les infirmières et infirmiers doivent en outre savoir que de simples algorithmes de diagnostic et de traitement, comme ceux indiqués ci-dessous dans Sources d’information, peuvent permettre des taux de maîtrise allant jusqu’à 90 %, lorsqu’ils sont utilisés en conjonction avec un registre de l’hypertension artérielle accompagné de rapports sur la performance. Ce type de registre et de rapport doit inclure le nombre de personnes chez qui une hypertension artérielle a été diagnostiquée sous forme de pourcentage du nombre estimé de personnes hypertendues dans le lieu de pratique, de pourcentage de personnes traitées avec des antihypertenseurs et de pourcentage de personnes chez qui l’hypertension artérielle est maîtrisée.

D’autres caractéristiques importantes de l’algorithme et du registre pourront être l’identification et le rappel des patients qui ont manqué leur rendez-vous ou dont on n’a pas vérifié la pression artérielle récemment. On trouvera ci-dessous dans Sources d’information des exemples de ces algorithmes simples et des sources pour la mise en œuvre, ainsi qu’un registre de l’hypertension, gratuit et autonome, pour téléphone intelligent.

Les gouvernements fédéral, provinciaux et territoriaux doivent impérativement appliquer une stratégie de santé publique judicieusement planifiée en vue de prévenir et maîtriser l’hypertension artérielle. Ils doivent en outre collaborer avec les secteurs de la santé et des sciences pour la surveillance, l’évaluation et la mise en œuvre de cette stratégie, qu’ont approuvée l’Association des infirmières et des infirmiers du Canada et de nombreuses autres organisations.

Sources d’information

Protocoles de prise en charge de l’hypertension

HEARTS Guide technique pour la prise en charge des maladies cardiovasculaires dans le cadre des soins de santé primaires – Protocoles thérapeutiques basés sur des données factuelles (PDF)

Trousse à outils LINKS : Hypertension control (en anglais seulement)

Guide de mise en œuvre pour un programme de maîtrise de l’hypertension

HEARTS Technical Package for Cardiovascular Disease Management in Primary Health Care: Tool for the Development of a Consensus Protocol for Treatment of Hypertension (PDF) (en anglais seulement)

Trousse à outils LINKS : Hypertension control (en anglais seulement)

Élaboration d’un algorithme de prise en charge de l’hypertension

HEARTS Technical Package for Cardiovascular Disease Management in Primary Health Care: Implementation Guide (PDF) (en anglais seulement)

Application Simple pour la prise en charge de l’hypertension (en anglais seulement)

Mesures essentielles pour maîtriser l’hypertension

  1. Mesurer régulièrement et correctement la pression artérielle chez tous les adultes, en particulier les femmes âgées.
  2. Traiter l’hypertension artérielle avec des antihypertenseurs pour la maîtriser.
  3. Si la mesure de la pression artérielle en clinique (MPAC) donne une valeur supérieure à 130 mmHg, envisager de débuter un traitement et de la faire baisser en dessous de 120 mmHg chez les personnes à risque cardiovasculaire élevé (par ex. score inférieur à 15 % selon la Grille de Framingham pour les hommes ou les femmes de 75 ans ou plus) pour une réduction optimale du risque. Pour les personnes atteintes de diabète, on considérera 130/80 mmHg (mesure de la pression artérielle en clinique) comme le seuil de traitement, avec pour cible une valeur constamment inférieure à 130/80 mmHg.
  4. Utiliser des sphygmomanomètres oscillométriques validés, lorsque possible, pour la mesure de la pression artérielle à domicile (MPAC) et le monitorage ambulatoires de la pression artérielle sur 24 heures. Pour une valeur cible de la tension artérielle systolique en dessous de 120 mmHg, songer à employer des appareils oscillométriques automatisés qui ne nécessitent pas la présence d’un observateur et qui réalisent demultiples mesures et en font la moyenne.
  5. Utiliser des protocoles thérapeutiques standardisés.
  6. Utiliser des registres comportant des rapports de performance pour une meilleure maîtrise de l’hypertension.
  7. Informer les patients et les familles sur l’autogestion et le rôle des saines habitudes de vie.

Remerciements

En plus de Lyne Cloutier, les chefs de file suivants du domaine de l’hypertension sont à l’origine de cet appel à l’action :

Norm R. C. Campbell, MD
Donna McLean, RN, MN, NP, PhD CCN(C)
Patrice Lindsay, RN, PhD
Dorothy Morris, RN, BSN, MA, CCN(C)
Karey Shuhendler, RN, CCHN(C), MN
and
Alexander Leung, MD, FACP, FRCPC
Alan Bell, MD, FCFP
Mark Gelfer, MD, FCFP
Robert Petrella, MD, PhD, FCFP, FACSM
Ross Tsuyuki , BSc (Pharm), PharmD, MSc, FCSHP, FACC, FCAHS
Shelita Dattani, BSc (Pharm), PharmD
Janusz Kaczorowski,PhD

Références

Leung, A. A, Williams, J. V. A., McAlister, F. A., Campbell, N. R. C., Padwal, R. S. et le comité de recherche et d’évaluation d’Hypertension Canada. « Worsening hypertension awareness, treatment, and control rates in Canadian women between 2007 and 2017 », Canadian Journal of Cardiology, 36(5), 2020, p. 732-739. doi: 10.1016/j.cjca.2020.02.092

Campbell, N. R., Brant, R., Johansen, H., Walker, R. L., Wielgosz, A., Onysko, J., Gao, R. N., Sambell, C., Phillips, S., McAlister, F. A. et le groupe de travail sur la recherche concernant les résultats du Programme canadien d’éducation sur l’hypertension. « Increases in antihypertensive prescriptions and reductions in cardiovascular events in Canada », Hypertension, 53(2), 2009, p. 128-134. doi: 10.1161/HYPERTENSIONAHA.108.119784


Lyne Cloutier, inf. aut., Ph.D., est professeure titulaire au Département des sciences infirmières de l’Université du Québec à Trois-Rivières et co-présidente des lignes directrices pour la mesure la pression artérielle (Hypertension Canada).

#événementsindésirables
#maladiechronique
#politiquessanitaires
#rechercheensoinsinfirmiers
#santépublique
#opinions
0 comments
48 views

Connectez-vous pour laisser un commentaire