Blog Viewer

Transition vers les soins infirmiers en pratique avancée : survol de l’expérience

  
https://www.canadian-nurse.com/blogs/cn-content/2022/02/28/becoming-an-advanced-practice-nurse-exploring-the

Entretiens avec trois infirmières qui ont assumé des responsabilités en pratique avancée

Feb 28, 2022, By: Emily Soares, Christina Hurlock-Chorostecki
istockphoto.com/portfolio/monkeybusinessimages
Après des entretiens menés avec trois catégories d’infirmières en pratique avancée, plusieurs thèmes courants sont ressortis. Par exemple, le personnel infirmier qui envisage la pratique avancée doit comprendre qu’une formation plus poussée s’accompagne d’attentes et de responsabilités accrues.

Au Canada, les infirmières et infirmiers autorisés (IA) sont de plus en plus nombreux à suivre une formation avancée dans le but de devenir les agents de changement, les spécialistes et les dirigeants dont a besoin le système de santé du Canada. Titulaires de maîtrises et de doctorats, ces infirmières et infirmiers spécialisés en pratique avancée assument des responsabilités supplémentaires en matière de soins, dont certaines s’éloignent de la pratique traditionnelle au chevet des patients et visent surtout les soins indirects. La prestation de soins autonomes, ainsi que la consultation, le leadership, la formation du personnel et la prise en charge de populations de patients font couramment partie de la pratique avancée.

Qu’est-ce qu’une infirmière ou un infirmier en pratique avancée?

Les infirmières et infirmiers en pratique avancée sont définis à l’échelle mondiale comme étant des IA qui ont acquis des connaissances spécialisées et un diplôme d’études supérieures en sciences infirmières. Au Canada, ces spécialistes assument les deux rôles suivants (Association des infirmières et infirmiers autorisés [AIIC], 2019) :

  • Infirmières ou infirmiers cliniciens spécialisés (ICS) : Le champ d’exercice des ICS est différent de celui des IA; les ICS font appel à leurs connaissances des soins infirmiers et des systèmes pour gérer des situations complexes, faire progresser les connaissances en soins infirmiers et optimiser les systèmes de santé. Les ICS sont des agents de changement qui harmonise les valeurs des clients et celles du personnel et de l’organisation afin de favoriser des résultats positifs en matière de santé et de réduire le fardeau financier (AIIC, 2019). En tant qu’agents de changement, ils contribuent à la transformation d’une organisation en se concentrant sur l’amélioration de la qualité et sur le perfectionnement.
  • Infirmières ou infirmiers praticiens (IP) : Au Canada, on définit les IP comme des infirmières et infirmiers en pratique avancée qui ont suivi une formation supplémentaire et se sont soumis à un examen d’inscription à la catégorie supérieure les autorisant à exercer dans le cadre d’un champ d’exercice élargi. En plus des attentes liées au rôle secondaire associé à la pratique avancée, le champ d’exercice des IP comprend le diagnostic, la prescription de médicaments et de traitements, certains actes médicaux, ainsi que la prescription et l’interprétation de tests diagnostiques (AIIC, 2019).

Les infirmières et infirmiers en pratique avancée peuvent exercer dans le domaine des soins directs, mais aussi de la gestion, de l’élaboration de politiques, de la recherche ou de l’enseignement. Par ailleurs, ils encouragent la recherche infirmière, génèrent de nouvelles connaissances et harmonisent leur formation et leurs compétences pour faire avancer la pratique clinique.

« Au début, dans ce rôle, on est aussi intimidé qu’en début de carrière. »

Entretiens avec trois infirmières en pratique avancée

En acquérant une formation de niveau supérieur en sciences infirmières, les IA peuvent élargir leur champ d’exercice et travailler en pratique avancée. Le présent article vise essentiellement à comprendre en quoi consiste la transition vers la pratique avancée et de jeter un peu de lumière sur ce rôle spécialisé. Pour atteindre cet objectif, nous avons mené des entretiens avec trois infirmières en pratique avancée actives dans un hôpital du sud de l’Ontario.

Quel est votre rôle actuel?

ICS : Je suis infirmière clinicienne spécialisée depuis 11 ans et demi.

Enseignante : Je suis actuellement formatrice auprès du personnel, et j’ai déjà travaillé comme IP ICS.

IP : Mon rôle actuel est celui d’IP ICS [titre propre à l’organisation]. J’ai commencé comme ICS en 2004, et je suis IP ICS depuis 2009.

Comment avez vous vécu la transition vers la pratique avancée?

ICS : En tant qu’infirmière autorisée, j’avais l’impression d’être une experte, et je m’attendais à ce qu’il en soit de même à l’étape suivante. Puis, tout d’un coup, je me suis rendu compte que j’étais redevenue novice; toutefois, personne ne me percevait ainsi. Au début, dans ce rôle, on est aussi intimidé qu’en début de carrière.

Enseignante : Pour moi, l’obtention du diplôme ne marquait pas du tout la fin des études. J’étais constamment en train d’étudier et de lire. Je devais être très autonome et motivée. Peu importe où je me dirigerais [dans ma pratique], je devrais en apprendre davantage. Aucune orientation formelle n’existe pour progresser en pratique avancée; on se lance, on assume son rôle au meilleur de ses capacités, et on pose des questions. On cherche des possibilités d’apprentissage, et on s’organise en conséquence. Il incombe à chacun de savoir qu’il a les connaissances, les compétences et le jugement nécessaires pour exercer dans cette discipline.

IP : Il y a de nombreux fossés à combler. Personne ne nous dit comment passer du rôle d’infirmière autorisée à celui d’infirmière en pratique avancée. J’ai pris 18 mois pour me préparer à assumer ce rôle après avoir obtenu ma maîtrise en sciences infirmières. La transition s’est avérée très ardue. Non seulement je devais comprendre quel serait mon rôle, mais je devais aussi faire comprendre aux autres en quoi il consistait. Comme j’étais la première à occuper ce rôle au sein de mon unité, je faisais acte de pionnière.

Quels obstacles ou épreuves avez-vous dû surmonter lors de la transition vers ce rôle?

ICS : J’ai trouvé les premiers mois très décourageants, car il n’existe pas de véritable description du rôle d’ICS. On doit gagner la confiance des gens et acquérir de la crédibilité. J’avais de la crédibilité [là où je travaillais auparavant], et je devais maintenant créer un nouveau poste. Je ne suis toujours pas certaine que tout le monde comprend le rôle des ICS. Je crois qu’un grand nombre d’ambiguïtés subsistent; on me confie certaines tâches, pour la seule raison que personne d’autre ne s’en occupe.

Enseignante : La plus grande épreuve est de s’intégrer à un environnement clinique que l’on n’a jamais fréquenté. J’ai dû me faire une idée des ressources disponibles ici, mais ce service m’est tout à fait inconnu. J’essaie encore d’en comprendre les subtilités pour pouvoir les enseigner.

IP : La pression que je m’imposais était mon plus grand obstacle. J’avais l’impression qu’en un mois ou moins, je devais savoir ce que je faisais. J’avais toujours l’impression qu’on allait me réprimander si je ne produisais pas de résultats. Établir la confiance s’est avéré un autre obstacle. J’étais jeune, et je débutais en pratique avancée. De nombreuses infirmières chevronnées pensaient : « Comment cette nouvelle employée peut elle assumer ce rôle simplement parce qu’elle a fait des études? Pour qui se prend elle? » Établir la confiance a été un obstacle énorme. J’ai aussi dû apprendre la culture du milieu, non seulement pour en faire partie, mais aussi pour exercer mon influence.

En quoi ce rôle a t il évolué depuis que vous avez commencé à exercer?

ICS : Si l’accès à la pratique exige un baccalauréat en sciences infirmières, le responsable du perfectionnement du personnel doit détenir un diplôme supérieur. Ce sont les connaissances acquises grâce à une maîtrise en sciences infirmières qui permettent de passer au niveau supérieur.

Enseignante : Je suis devenue plus forte, plus informée, plus autonome et davantage une personne ressource pour le personnel. Compte tenu de mon parcours antérieur, certains de ces processus de réflexion me sont d’une grande utilité dans ce métier. J’estime donc que le rôle que j’assume est celui d’une enseignante et ICS, parce qu’introduire de nouveaux protocoles ou changer des pratiques fait partie de mon rôle. Dans le passé, on ne considérait pas ces aspects comme faisant partie du rôle d’enseignante, mais compte tenu de mon expérience antérieure en tant qu’ICS, je remarque que le rôle a évolué en ce sens et qu’il comprend désormais certaines de ces composantes.

IP : Ce n’est pas ce que je fais en tant que tel, mais plutôt la façon dont je m’y prends pour le faire : pour traiter mes patients et leurs familles, pour les informer ou pour orienter ma pratique en fonction de directives cliniques.

Quels conseils donneriez vous aux novices en pratique avancée?

ICS : Soyez à l’écoute et posez un tas de questions. Trouvez les points forts de votre personnel infirmier et cernez les lacunes. Identifiez les employés qui vous soutiennent et ceux qui rejettent tout, et apprenez à faire fi de la négativité. Je pense que le personnel infirmier veut toujours faire bonne impression aux yeux de ses patients, mais il ne réalise pas toujours l’effet qu’il a dans son rôle. Le mien est donc de soutenir chacun en écoutant le personnel, les patients et les familles.

Enseignante : Soyez conscient que votre rôle contribue à faire progresser la pratique infirmière. Veillez à soutenir vos collègues infirmières et infirmiers et à les appuyer dans leurs intérêts et leur formation. Gardez toujours le patient au centre de votre pratique; vos choix seront ainsi toujours les bons. N’oubliez pas d’où vous venez.

IP : L’important est l’équipe avec laquelle vous travaillez et le fait de créer un environnement de travail solidaire et favorable. J’avais un mentor au début de ma carrière, et elle m’a beaucoup aidée à assumer mon rôle. Ma gestionnaire était également très solidaire, ce qui m’a permis de comprendre les besoins du service, mes intérêts et les moyens de les combiner de façon satisfaisante. Comme il est difficile de savoir si l’on bénéficiera de ce soutien dans un nouvel emploi, il est de mise de poser beaucoup de questions en entrevue et d’aborder le poste avec un esprit ouvert.

Messages à retenir

Les entretiens avec chacune de ces infirmières en pratique avancée ont jeté un nouveau jour sur la transition vers ce rôle. Malgré différents rôles et organisations, des thèmes courants en sont ressortis :

  • Les infirmières en pratique avancée ont insisté sur le fait que le personnel infirmier qui envisage la pratique avancée doit comprendre qu’une formation plus poussée s’accompagne d’attentes et de responsabilités accrues.
  • Pour réussir, il faut faire preuve de patience dans son autoapprentissage. Ensemble, un perfectionnement continu et la quête de soutien de la part des pairs peuvent grandement faciliter la transition.
  • La crédibilité, le respect et la confiance sont essentiels à la réussite en pratique avancée; mais ils ne s’acquièrent qu’au fil du temps.
  • En faisant progresser leur pratique infirmière générale tout en assurant aux autres membres du personnel un soutien constant, les infirmières et infirmiers en pratique avancée devraient assumer des rôles de leadership et contribuer à la réalisation des objectifs de l’organisation.
  • Les infirmières et infirmiers en pratique avancée sont des chefs de file dans l’avancement de la pratique infirmière, y compris dans les efforts visant à faire reconnaître la pleine portée de leur rôle.

Référence

Association des infirmières et infirmiers du Canada. (2019). Les soins infirmiers en pratique avancée : Un cadre pancanadien. Consulté sur https://hl-prod-ca-oc-download.s3-ca-central-1.amazonaws.com/CNA/UploadedImages/05255e6e-9517-43bc-8bc1-f1768316d4e5/Documents/Advanced_Practice_Nursing_framework_FR.pdf


Emily Soares, inf. aut., M. Sc. inf., est infirmière en santé publique dans le district d’Algoma, en Ontario, et directrice générale du réseau d’action stratégique et politique de l’Association des infirmières et infirmiers autorisés de l’Ontario. Elle s’efforce de promouvoir l’excellence en soins infirmiers et d’influencer les décisions qui touchent le personnel infirmier et le public.

Christina Hurlock Chorostecki, inf. prat., Ph. D., s’est acquittée de plusieurs rôles à titre d’infirmière praticienne dans divers hôpitaux de London, en Ontario. Elle occupe des fonctions limitées de professeure à l’Université Western de London, Ontario.


#carrière ????
#leadership
#infirmièresetinfirmierspraticiens
#rôlesinfirmiers
???#environnementsdepratique
#champdexercice
??
0 comments
278 views

Connectez-vous pour laisser un commentaire