Blog Viewer

Un service de textos à faible technicité très prometteur pour la santé et le bien être du personnel infirmier

  
https://www.canadian-nurse.com/blogs/cn-content/2022/01/31/high-hopes-for-low-tech-texting-service-that-can-s

Le projet pilote SaskWell relie les usagers à des outils et des conseils d’autogestion de la santé

Jan 31, 2022, By: Hwayeon Danielle Shin
istockphoto.com/portfolio/InsideCreativeHouse
SaskWell a eu un effet positif sur le bien être mental, mais il a aussi mieux fait connaître les outils en santé mentale et a permis aux usagers d’y avoir un meilleur accès. Selon un usager : « Je dispose maintenant de plusieurs outils et sources d’information qui m’étaient inconnus. »

Messages à retenir

  • Nous devons promouvoir les pratiques de bien être et d’autogestion de la santé de nos collègues infirmiers.
  • SaskWell est un service de textos bidirectionnels à faible technicité qui exploite la puissance de la connectivité numérique afin d’offrir un accès plus équitable et efficace aux ressources en santé mentale et en bien être.
  • Un service de textos peut mettre en lien les usagers, y compris les membres du personnel infirmier, avec des outils et des ressources visant à favoriser leur bien être et leur santé mentale durant et après la pandémie de COVID 19.

Faits saillants

À l’automne 2020, notre équipe de recherche, supervisée par deux scientifiques en soins infirmiers et notre partenaire représentant les patients, a obtenu une subvention d’exploitation des Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC). Nous nous sommes associés à MEMOTEXT, une entreprise numérique de mobilisation des patients, afin de créer SaskWell, un service de textos bidirectionnels. En collaboration avec un comité consultatif communautaire, nous avons intégré les opinions et les besoins de résidents de la Saskatchewan à ce service de textos.

SaskWell vise à établir des liens avec les résidents de toutes les régions de la Saskatchewan par l’entremise de la messagerie texte, la technologie la plus couramment accessible. Ce service met les utilisateurs en lien avec des sources d’information et des outils gratuits favorisant le bien être et la santé mentale, en plus de les orienter vers des interventions.

Dans le cadre du projet, nous avons mené trois cycles itératifs et consécutifs de 10 semaines. SaskWell était un projet pilote proposant un service à l’échelle provinciale. Toutefois, les leçons que nous en avons tirés mettent en évidence les possibilités de déployer ce service à l’ensemble du Canada.

Fonctionnement de SaskWell

Les gens se sont inscrits à SaskWell en textant « JOIN » (Adhérer) à un numéro au moyen de leur appareil mobile. Lors de leur adhésion à SaskWell (voir Image 1), les usagers se sont vu proposer un outil de bien être en fonction de leur connectivité Internet (une application, un cours en ligne, un forum de discussion, un outil en libre service, etc.).

Gracieuseté de Hwayeon Danielle Shin
Image 1 : Lors de leur adhésion à SaskWell, les usagers se voyaient proposer un outil de bien être en fonction de leur connectivité à Internet.

Par exemple, les usagers qui ont indiqué avoir un accès fiable et constant à Internet ont reçu des outils de bien être nécessitant le recours à Internet. En revanche, on a orienté ceux qui ne disposaient pas d’un bon accès à Internet vers un outil de bien être nécessitant peu d’accès à Internet, voire aucun. Par la suite, les usagers avaient la possibilité de changer d’outil aux semaines 2 et 5, si celui qui leur avait été proposé ne leur convenait pas.

Les usagers avaient l’option de répondre aux textos grâce à la fonctionnalité bidirectionnelle. Par exemple, on invitait les usagers à répondre par « oui » ou par « non » (voir Image 2) à certains des messages. En plus de proposer des outils de bien être, SaskWell transmettait aux usagers divers conseils sur le bien être au cours de la semaine, entre autres un défi d’autogestion de la santé de 30 jours et un exercice de relaxation musculaire.

Gracieuseté de Hwayeon Danielle Shin
Image 2: Les usagers avaient l’option de répondre aux textos grâce à la fonctionnalité bidirectionnelle.

Chaque semaine, les usagers recevaient également des questions de sondage grâce auxquelles notre équipe de recherche a pu recueillir des données supplémentaires pour comprendre l’utilisation et l’acceptabilité du service. (Au nombre de ces questions : Comment avez vous entendu parler de SaskWell? Pourquoi avez vous choisi de vous inscrire? Avez vous déjà eu recours à un outil numérique axé sur le bien être en santé mentale? Recommanderiez vous SaskWell à votre entourage?)

Mise en œuvre

Nous avons exploité des moyens traditionnels et innovateurs pour faire circuler SaskWell et en faire la promotion. Nous avons accroché des affiches à différents endroits de la Saskatchewan. Notre comité consultatif communautaire, nos partenaires de recherche et nos collègues ont fait connaître SaskWell par le bouche-à-oreille. Nous en avons aussi fait la promotion sur nos plateformes de médias sociaux (Twitter, Instagram et Facebook). L’équipe de recherche a contacté le Saskatchewan Union of Nurses, le Syndicat canadien de la fonction publique, le gouvernement de la Saskatchewan et le General Employees’ Union pour faire connaître ce service de textos au personnel infirmier de la Saskatchewan. Enfin, une de nos infirmières scientifiques a été invitée aux émissions The Afternoon Edition et Global News Morning de CBC Saskatchewan pour parler de SaskWell.

Résultats

SaskWell a été lancé en mars 2021, et en juin, 85 personnes étaient inscrites au programme. En suivant le nombre total de clics des usagers, nous avons constaté que les conseils les plus appréciés en matière de bien être étaient les suivants :

  • Microjournal : inciter l’usager à noter rapidement ses pensées de manière informelle pour l’aider à se concentrer sur d’autres tâches quotidiennes;
  • Habitudes de sommeil : encourager l’usager à adopter et à respecter des habitudes de sommeil régulières;
  • Télétravail : fournir des conseils et des rappels à l’usager sur la façon de tirer le meilleur parti du travail à distance;
  • Techniques d’ancrage : encourager l’usager à se connecter à son entourage immédiat pour éviter de se sentir dépassé par les événements.

SaskWell a eu un effet positif sur le bien être mental des usagers. Comme l’a déclarée une personne : « Parfois on se sent dépassé par les événements, mais les exercices de respiration se sont avérés d’une grande utilité pour moi dans une situation de ce genre. » Non seulement SaskWell a eu un effet positif sur le bien être mental, mais il a aussi mieux fait connaître les outils en santé mentale et a permis aux usagers d’y avoir un meilleur accès. Selon un autre usager : « Je dispose maintenant de plusieurs outils et sources d’information qui m’étaient inconnus. »

Au fil du projet, nous avons intégré la rétroaction des usagers et du comité consultatif communautaire afin d’améliorer le service pour qu’il réponde aux besoins des résidents de la Saskatchewan.

Leçons apprises

SaskWell peut combler les fossés en matière d’accessibilité et mieux faire connaître les outils et les sources d’information numériques visant le bien être mental.

SaskWell se veut un promoteur et un intermédiaire des outils de soutien existants en matière de bien être et de santé mentale. Il permet de garder le lien avec les abonnés au moyen de textos et s’avère prometteur pour colmater les brèches numériques dans les communautés de la Saskatchewan, en tant que moyen d’intervention à relativement faible technicité et de grande portée. Par ailleurs, compte tenu du soutien limité offert en santé mentale dans la province, SaskWell peut combler les fossés en matière d’accessibilité et mieux faire connaître les outils et les sources d’information numériques visant le bien être mental.

L’effort minimal requis pour un service de textos convient bien à l’horaire chargé du personnel infirmier, car il ne nécessite pas une attention soutenue. Le fait de consacrer quelques instants chaque semaine à faire le point sur le bien être mental et à acquérir de nouvelles aptitudes constitue une excellente stratégie pour rehausser la capacité d’autosuffisance d’une personne. Un usager a d’ailleurs fait référence à cet avantage de SaskWell : « Ce service m’a permis de m’arrêter et de prendre un moment pour me reconnecter à mes émotions. »

Un service de textos comme SaskWell peut contribuer à soutenir le personnel infirmier en matière de pratiques d’autogestion de la santé durant et après la pandémie. Comme le bien être et la santé du personnel infirmier sont aussi importants que ceux des patients, nous voulons confirmer à nos collègues infirmiers qu’il n’y a rien d’anormal à se sentir épuisés ou stressés, parce que ce sont des sentiments naturels. Ils ne doivent pas se sentir coupables de faire ce qu’il y a de mieux pour leur bien être. Nous voulons les encourager à reconnaître l’importance de prendre soin d’eux mêmes, ne serait ce que quelques instants par semaine.

Les prochaines étapes

Cette démarche à faible technicité vise à exploiter la puissance de la connectivité numérique afin d’offrir un accès plus équitable et efficace aux ressources en santé mentale pendant et après la pandémie. Saskwell visait initialement les résidents de la Saskatchewan, mais compte tenu de ses avantages prometteurs et de son acceptabilité, notre équipe de recherche espère que le service pourra être déployé dans tout le Canada afin de soutenir le bien être et la santé mentale, puisque les effets à long terme de la COVID-19 continuent d’émerger. Nous explorons en particulier les possibilités d’élaborer une version de ce service à l’intention du personnel infirmier canadien.

Mon équipe et moi sommes conscients des séquelles que la pandémie laissera dans son sillage. Un récent sondage mené par le Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH) a révélé que près de 30 % des Canadiens disent ressentir des symptômes modérés ou graves d’anxiété à l’idée de reprendre leurs habitudes d’avant la pandémie (CAMH, 2021). En outre, nous reconnaissons la forte prévalence des symptômes d’épuisement professionnel chez le personnel infirmier. Avant la pandémie, une étude mondiale avait révélé qu’au moins une infirmière ou un infirmier sur 10 présentait de tels symptômes, dont l’épuisement émotionnel (Woo, Ho, Tang et Tam, 2020).

Comme le stress professionnel cumulatif mène à l’épuisement professionnel (Sun, Lin, Zhang, Li et Cao, 2018), les répercussions de la pandémie de COVID 19 sur la santé psychologique augmenteront au fil du temps chez le personnel infirmier canadien. SaskWell peut contribuer à soutenir le bien être et la santé mentale du personnel infirmier.

Pour en apprendre davantage sur SaskWell et participer à des initiatives futures, veuillez envoyer un courriel à l’auteure à danielle.shin@camh.ca.

Remerciements

L’équipe de notre projet de recherche comprend Tracie Risling, du College of Nursing de l’Université de la Saskatchewan; Gillian Strudwick, du Centre de toxicomanie et de santé mentale; Tyler Moss, partenaire représentant les patients; notre comité consultatif communautaire; MEMOTEXT, entreprise de mobilisation numérique des patients; Courtney Carlberg, coordonnatrice de recherche; Imam Kassam, analyste de recherche. Ce projet est financé par les Instituts de recherche en santé du Canada (IRSC) et la Saskatchewan Health Research Foundation (SHRF).

Références

Centre de toxicomanie et de santé mentale (CAMH). « Retour à la routine pré-pandémie : un.e Canadien.ne. sur trois éprouve un niveau d’anxiété modéré ou grave », 28 juillet 2021. Consulté sur https://www.camh.ca/en/camh-news-and-stories/a-third-of-canadians-report-anxiety--over-return-to-pre-pandemic-routines

Sun, J.-W., Lin, P.-Z., Zhang, H.-H., Li, J.-H. et Cao, F.-L. « A non-linear relationship between the cumulative exposure to occupational stressors and nurses’ burnout and the potentially emotion regulation factors », Journal of Mental Health, 27(5), 2018, p. 409 415. doi: 10.1080/09638237.2017.1385740

Woo, T., Ho, R., Tang, A. et Tam, W. « Global prevalence of burnout symptoms among nurses: A systematic review and meta-analysis », Journal of Psychiatric Research, 123, 2020, p. 9 20. doi:10.1016/j.jpsychires.2019.12.015


Hwayeon Danielle Shin, inf. aut. M. Sc. inf., est doctorante à l’Institute of Health Policy, Management and Evaluation de l’Université de Toronto, et analyste de recherche au laboratoire de recherche numérique en santé mentale au Centre de toxicomanie et de santé mentale.


#analyse
#covid-19
#santéetbien-êtredupersonnelinfirmier
#technologie

#featured
0 comments
317 views

Connectez-vous pour laisser un commentaire