Blog Viewer

Détresse et sécurité : réflexions personnelles sur la recherche infirmière en milieu rural ou éloigné

  
https://www.canadian-nurse.com/blogs/cn-content/2021/10/25/distress-and-safety-personal-reflections-on-rural
oct. 25, 2021, Par: Crystal McLeod
nurse sitting on a bench
istockphoto.com/portfolio/lightspeedshutter
Le personnel infirmier en milieu rural ou éloigné fait état d’un excellent soutien par les pairs, qui peut atténuer la détresse, mais estime que l’établissement où il travaille manque de ressources, de services et de reconnaissance de la part des dirigeants.

Messages à retenir

  • Comme la recherche sur la pratique infirmière en milieu rural ou éloigné au Canada se poursuit, l’analyse de cette recherche à des fins de réflexion personnelle peut valider l’expérience du personnel infirmier travaillant dans ce domaine.
  • Jahner, Penz, Stewart et MacLeod (2020) font la lumière sur les divers risques, traumatismes et reculs en matière de sécurité que connaît le personnel infirmier en milieu rural ou éloigné, tout en proposant des interventions aux professionnels et aux établissements en vue de réduire la détresse.
  • Les dirigeants en milieu rural ou éloigné et les programmes de santé au travail doivent s’attaquer à la détresse que vit le personnel infirmier.

En 2019, j’ai été intriguée par un article d’infirmière canadienne intitulé « Leçons de vingt années de recherche sur la pratique infirmière en régions rurales ou isolées au Canada » (MacLeod, Kulig et Stewart, 2019). Cet article faisait état des premiers résultats de l’ensemble de données nationales du projet « Nursing Practice in Rural and Remote Canada II » (RRNII). La recherche du RRNII, dans le cadre d’un projet plus vaste visant à définir la pratique infirmière en milieu rural ou éloigné au Canada, a été menée dans le but de guider les planificateurs et les décideurs en matière de santé. Je me suis toutefois retrouvée à examiner les données du RRNII à titre individuel et à y chercher des liens avec mes propres fonctions en milieu rural et éloigné. Au cours des cinq dernières années, j’ai travaillé dans trois communautés rurales et éloignées de l’Ontario. Tout compte fait, j’ai été étonnée de lire que de nombreux infirmiers et infirmières (3 822) ont dévoilé dans le cadre du RRNII les mêmes joies et manques que j’éprouvais dans ces rôles.

À la croisée de la recherche et de l’expérience infirmière en milieu rural ou éloigné

Aujourd’hui, les études qui présentent les données du projet RRNII continuent de résonner en moi, et j’en recommande la lecture au personnel infirmier qui travaille dans des contextes isolés ou de petite envergure et qui cherche à établir des liens avec ses pairs et l’ensemble de la profession (Université de Northern British Columbia, s.d.). J’aimerais toutefois souligner l’étude la plus récente découlant des données du RRNII, sur l’exploration d’incidents bouleversants et l’impression de soutien en soins infirmiers en milieu rural et éloigné (Jahner et coll., 2020). Cet article m’a profondément touchée en validant mes propres expériences de détresse au travail en régions rurales et éloignées. Je recommande à l’ensemble du personnel infirmier œuvrant en milieu rural ou éloigné d’inclure cet article à sa liste de lecture pour promouvoir la réflexion et la solidarité dans la pratique.

À elle seule, la phrase d’introduction de Jahner et coll. (2020) a eu un effet sur moi : « La profession infirmière en milieu rural ou éloigné est considérée comme étant à haut risque » (p. 480) [TRADUCTION LIBRE]. En toute honnêteté, la première lecture de cette déclaration m’a émue. Depuis des années, j’avais le sentiment que le travail infirmier en milieu rural ou éloigné comportait de grands risques, mais à maintes reprises, les dirigeants et les établissements pour lesquels je travaillais avaient balayé ce sentiment du revers de la main. Le meilleur exemple que je puisse donner en ce qui a trait à ce risque en milieu rural est le travail en solo la nuit dans un service d’urgence très fréquenté. Ma santé mentale et physique était constamment mise à l’épreuve parce que je n’avais aucun soutien, je ne savais jamais qui allait se présenter à la porte, et je ne connaissais pas l’intention ou l’acuité de la maladie de ces patients. Cette phrase de Jahner et coll. donnait donc de la légitimité à la vulnérabilité que j’éprouvais.

Les programmes de santé au travail manquent de personnel et comptent sur les dirigeants pour faire changer les choses.

À partir de cette reconnaissance des dangers de la profession infirmière en milieu rural ou éloigné, l’étude procède à l’examen des incidents bouleversants et du soutien apporté par la suite. Je suis reconnaissante à Jahner et coll. (2020) d’avoir adopté une définition assez large des « incidents bouleversants » qui inclut ceux où la sécurité du personnel infirmier ou du patient a été mise en cause. Par exemple, un incident bouleversant peut se résumer à un patient menaçant la sécurité d’une infirmière ou d’un infirmier ou à la réanimation d’un enfant blessé. Le choix méthodologique des auteurs fait écho à la façon dont le bien être du personnel infirmier en milieu rural ou éloigné est lié à la communauté. Je peux d’ailleurs témoigner de ce lien, puisque j’ai déjà travaillé en même temps dans un hôpital et une résidence de soins de longue durée d’une petite municipalité. Il n’y avait pratiquement aucun décès ni aucune naissance dans cette communauté dont je n’aie pas été le témoin direct. De plus, je pense que l’analyse de l’aide qu’offre l’institution est essentielle pour que les résultats s’appliquent aux expériences des membres du personnel infirmier sur une base individuelle. Je me suis penchée plus précisément sur ces résultats en fonction de la façon dont des collègues ont géré la détresse et de ce qu’on pouvait en retirer. J’ai déjà quitté un poste en milieu rural dans un état d’épuisement extrême. Une recherche comme celle-là m’aurait été utile, car j’aurais pu y puiser des moyens de surmonter la détresse plus efficacement.

Les conclusions de Jahner et coll. (2020) revêtent une grande importance pour moi, car elles confirment mes expériences et s’inspirent de l’article de 2019 d’infirmière canadienne. Notamment, un tiers des infirmières et infirmiers ont confié avoir vécu récemment un incident extrêmement bouleversant, le plus considérable étant le décès traumatique d’un patient. Le personnel infirmier en milieu rural ou éloigné fait état d’un excellent soutien par les pairs, qui peut atténuer la détresse, mais estime que l’établissement où il travaille manque de ressources, de services et de reconnaissance de la part des dirigeants. Les résultats de cette étude m’ont été difficiles à lire, car ils ont éveillé de nombreux souvenirs, surtout lorsque je lisais les citations des participants. Mais, ils m’ont aussi amenée à une réflexion, guidée par cette étude, sur les connaissances et la résilience que j’ai acquises à travers ces expériences.

Implications pour les leaders infirmiers

J’ai noté que la conclusion reste silencieuse sur les implications pour les leaders en milieu rural ou éloigné. L’accent est plutôt mis sur les services de santé au travail pour résoudre les problèmes de détresse au sein du personnel infirmier. Bien que ces services aient un rôle à jouer, en milieu rural ou éloigné, les programmes de santé au travail manquent de personnel et comptent sur les dirigeants pour faire changer les choses.

Dans l’ensemble, je crois que les résultats de l’étude démontrent qu’on devrait s’attendre à ce que les dirigeants en fassent davantage pour promouvoir le bien être du personnel infirmier en milieu rural ou éloigné. En m’inspirant de mes expériences de travail en contexte rural et urbain, je pense que les dirigeants en milieu rural ou éloigné devraient songer à offrir de la formation et à tisser des relations avec des établissements de soins de santé de plus grande envergure. Tout comme le personnel infirmier en milieu rural ou éloigné sort souvent de la communauté pour suivre des formations spécialisées, les dirigeants en milieu rural ou éloigné gagneraient à apprendre comment divers établissements gèrent les risques, créent une culture de la sécurité et offrent du soutien au personnel infirmier.

Références

Jahner, S., Penz, K., Stewart, N. J. et MacLeod, M. L. P. « Exploring the distressing events and perceptions of support experienced by rural nurses: A thematic analysis of national survey data », Workplace Health and Safety, 68(10), 2020, p. 480-490. doi:10.1177/2165079920924685

MacLeod, M., Kulig, J. et Stewart, N. « Leçons de vingt années de recherche sur la pratique infirmière en régions rurales ou isolées au Canada », infirmière canadienne, 13 mai 2019, consulté sur https://cna-aiic.ca/blogs/ic-contenu/2019/05/13/lecons-de-vingt-annees-de-recherche-sur-la-pratiqu

Université de Northern British Columbia. « The Nursing Practice in Rural and Remote Canada II », publications, n.d., consulté sur https://www2.unbc.ca/rural-nursing/fr/publications.


Crystal McLeod est infirmière autorisée au London Health Sciences Centre. Elle compte cinq ans d’expérience en soins infirmiers dans des communautés rurales et éloignées de l’Ontario, où elle espère retourner un jour.

#recherche
#rechercheensoinsinfirmiers
#environnementsdepratique
0 comments
2216 views

Connectez-vous pour laisser un commentaire