Blog Viewer

COVID-19 et soins de longue durée : mobilisation d’une équipe interprofessionnelle PCI-FFM

  
https://www.canadian-nurse.com/blogs/cn-content/2021/01/25/mobilizing-an-interprofessional-ipac-swat-team-to
janv. 25, 2021, Par: Monakshi Sawhney, Michael J. Lamb, Anthony La Delfa
nurse wearing face mask and face shield with a patient also wearing a mask
istockphoto.com/frazaostudio
De nombreux établissements de soins de longue durée en Ontario n’avaient pas la formation, le personnel ou les ressources nécessaires pour gérer indépendamment les éclosions de COVID 19. Notre équipe PCI FFM a cependant réussi à aider des établissements de soins à gérer leurs éclosions. La stratégie, le plan de mobilisation, la constitution et le mandat de l’équipe ont été improvisés et modifiés en fonction des observations et rétroactions.

Messages à retenir

  • Une équipe spécialisée en prévention et contrôle des infections (PCI) et qui se concentre sur les forces, les faiblesses et les menaces (FFM) a été créée pour aider trois établissements de soins de longue durée à Toronto.
  • Le savoir-faire et l’expérience clinique des membres de l’équipe PCI‑FFM ont été déterminants pour modifier les pratiques de PCI dans les établissements afin de maximiser la sécurité des résidents et du personnel.
  • Bien que le nombre de lits utilisés et de résidents et d’employés ayant reçu un diagnostic de COVID‑19 n’ait pas subi de changement significatif, la durée moyenne des éclosions était plus courte de 10,7 jours au sein des établissements qui ont reçu le soutien de l’équipe PCI-FFM. Ce résultat est significatif d’un point de vue clinique.

Le personnel infirmier et médical est en première ligne dans la lutte contre la pandémie de COVID‑19 au Canada. Ils assurent les soins directs aux patients chez qui la maladie a été diagnostiquée, les tests de dépistage et la formation en prévention et gestion des éclosions de COVID‑19.

Les éclosions de COVID‑19 ont eu un effet néfaste sur les personnes âgées, en particulier sur les résidents des établissements de soins de longue durée. Au Canada, 89,6 % des décès liés à la COVID‑19 concernent des personnes de 70 ans ou plus (Gouvernement du Canada, 2020b). En Ontario, à l’été 2020, le nombre d’éclosions en soins de longue durée avait atteint 454. Parmi les morts, 64,5 % (soit 1 831 sur 2 837) étaient des résidents de ces établissements, et 8 des membres de leur personnel de santé (Gouvernement du Canada, 2020a; Santé publique Ontario, 2020).

En avril 2020, le gouvernement de l’Ontario a demandé que les hôpitaux apportent un soutien en prévention et contrôle des infections (PCI) aux établissements de soins de longue durée (Gouvernement de l’Ontario, 2020a, 2020b; Stall et coll., 2020). En réponse, l’Hôpital général de North York, un hôpital communautaire d’enseignement de Toronto, a formé une équipe d’intervention d’urgence COVID‑19 devant apporter son soutien : l’équipe PCI‑FFM, où FFM signifie forces, faiblesses et menaces (équipe IPAC‑SWAT, en anglais).

Grandes lignes

L’équipe interprofessionnelle PCI‑FFM était ainsi composée :

  • une infirmière clinicienne spécialisée en gestion des urgences gériatriques
  • cinq infirmières autorisées du service des urgences
  • une infirmière coordinatrice
  • une infirmière autorisée ressource
  • une infirmière praticienne (chirurgie)
  • deux médecins (l’un spécialisé en médecine interne, et l’autre en maladies infectieuses)

L’équipe était dirigée par l’IP et les médecins, avec le soutien de la directrice de la PCI pour l’hôpital et du directeur médical de la PCI, deux gestionnaires de projets et deux vice-présidents (VP, stratégie et intégration, et VP, planification et développement).

Entre avril et juillet 2020, l’équipe PCI‑FFM a été déployée dans trois établissements de soins de longue durée où des résidents et des employés avaient reçu un diagnostic de COVID‑19, pour aider à gérer l’éclosion. Avant le déploiement, tous les membres de l’équipe ont reçu une formation sur les pratiques d’hygiène des mains et sur la façon de mettre et d’enlever l’équipement de protection individuelle (EPI), ainsi que des notions de base sur la COVID‑19. C’est l’hôpital qui fournissait l’EPI à l’équipe : des masques d’intervention à bandes auriculaires, des visières de protection et du désinfectant pour les mains à base d’alcool. On utilisait des blouses et des gants uniquement pour les soins directs. Aucun membre de l’équipe n’utilisait de respirateur N95.

Mise en œuvre

Le savoir-faire et l’expérience clinique des membres de l’équipe PCI FFM ont été déterminants pour modifier les pratiques de PCI dans les établissements afin de maximiser la sécurité des résidents et du personnel.

Le gouvernement provincial a financé les équipes PCI‑FFM en Ontario. À l’Hôpital général de North York, les vice-présidents et les directeurs ont apporté leur soutien direct et constant aux membres de l’équipe. Les gestionnaires de projets ont offert leur aide aux établissements de soins de longue durée pour obtenir de l’EPI et y ont organisé une évaluation par l’équipe au moyen de la Liste de vérification en matière en matière de PCI (Santé publique Ontario, 2020a). Trois établissements ont reçu de l’aide pour gérer leur éclosion.

Ces trois établissements ont reçu une formation systématique et pertinente sur la transmission de la COVID‑19, le dépistage actif chez les résidents et le personnel, la façon de mettre et d’enlever l’EPI et d’utiliser et d’entreposer les masques et les visières de protection, l’hygiène des mains, les principes des précautions contre les contacts et l’exposition aux gouttelettes, le regroupement en cohortes, les repas en commun, les activités en groupe et les visites des membres de la famille. Notre équipe a également effectué des audits post-formation, formé des champions de la PCI et rédigé des lignes directrices en matière de gestion des éclosions.

Le savoir-faire et l’expérience clinique des membres de l’équipe PCI‑FFM ont été déterminants dans la modification des pratiques de PCI concernant les soins aux résidents.

Le personnel infirmier de l’équipe PCI‑FFM a pu aider les préposés aux services de soutien à la personne et les infirmières et infirmiers à modifier leurs activités quotidiennes pour maximiser la sécurité des résidents et du personnel. Ils les ont par exemple aidés à trouver des stratégies pour désinfecter les flacons de gouttes pour les yeux et les stylos injecteurs d’insuline après usage, avant qu’ils ne soient remis sur un chariot de médicaments.

Le nettoyage de l’environnement était une autre intervention jugée impérative pour réduire la charge virale et les transmissions qui en résultent. Le personnel infirmier, les préposés aux services de soutien à la personne et le personnel d’entretien ont reçu une formation sur les pratiques de nettoyage. Le nettoyage plus fréquent des surfaces souvent touchées, l’application efficace des produits désinfectants et la durée d’exposition nécessaire et le nettoyage final des chambres recevaient une attention particulière. Le nettoyage approprié de l’équipement partagé, les dispositifs de surveillance des signes vitaux et les thermomètres par exemple, était aussi abordé. On a déployé du personnel d’entretien dans deux établissements de soins de longue durée pour renforcer leur personnel et leur savoir-faire.

North York General IPAC-SWAT team members
Courtesy of Monakshi Sawhney
L’équipe PCI FFM de l’Hôpital général de North York, de gauche à droite : Anthony La Delfa, M. D,; Monakshi Sawhney, IP-Adultes; Judith Minsky, inf. aut.; Diana Adams, inf. aut.; Karoleen Abdel-Shahied, inf. aut.; Desiree Crawford, inf. aut.; Kaitlin Vandenbroek, inf. aut.; Shakhnoz Niezova, inf. aut.; Kaitlin Gurr, inf. aut.; Michael J. Lamb, M. D.

Résultats

Pour mieux évaluer l’efficacité de nos interventions, nous avons comparé la durée des éclosions dans les trois établissements concernés avec leur durée dans six autres établissements de soins de longue durée de Toronto où des éclosions similaires avaient eu lieu. Le comité d’éthique de la recherche de l’Hôpital général de North York a approuvé notre démarche. Nous avons également étudié la durée des éclosions après l’intervention de l’équipe PCI‑FFM, le nombre de visites sur les lieux par l’équipe FFM et la satisfaction des établissements par rapport à nos interventions.

Les trois établissements aidés par l’équipe PCI‑FFM de l’hôpital ont été associés à six autres établissements de Toronto en fonction du nombre de lits et du nombre de résidents et d’employés chez qui la COVID‑19 avait été diagnostiquée (selon les données obtenues auprès du Bureau de santé publique de Toronto le 6 août 2020).

Pour éviter tout biais, nous avons vérifié l’identité des établissements de soins de longue durée entre eux au moyen d’une analyse statistique. Étant donné la petite taille de l’échantillon, nous avons eu recours au test U de Mann-Whitney pour échantillons indépendants pour comparer le nombre de lits dans les établissements, le nombre de résidents et d’employés chez qui la COVID‑19 avait été diagnostiquée et la durée des éclosions dans les établissements aidés par l’hôpital, par rapport aux établissements considérés comme équivalents (Pallant, 2016).

Il n’y avait pas de différence significative entre les établissements qui avaient reçu l’assistance de notre équipe PCI‑FFM et les six établissements considérés comme équivalents quant au nombre de lits ou de diagnostics de COVID‑19 chez les résidents et employés (voir le Tableau 1). Dans deux des établissements que l’équipe PCI‑FFM a aidés, des éclosions étaient actives depuis plus de 30 jours au moment de l’intervention. Il n’y avait aucune différence statistique entre les établissements que nous avions aidés et les autres établissements inclus dans l’étude quant à la longueur moyenne des éclosions. Néanmoins, la durée moyenne de l’éclosion était plus courte de 10,7 jours dans les établissements aidés par notre équipe, un résultat qui est significatif du point de vue clinique (voir le Tableau 2).

Le personnel s’est dit satisfait de la gestion sur place des éclosions de COVID 19 par notre équipe et a estimé que nous avions contribué à sa capacité de gérer les éclosions actuelles et futures.

Notre équipe a effectué 15 visites dans les établissements (écart type = 5,6), et la durée des visites variait de une à huit heures, les visites étant plus longues au début des interventions de gestion des éclosions (voir le Tableau 3).

Pour faciliter les communications régulières entre les établissements, l’hôpital et le médecin hygiéniste adjoint du Bureau de santé publique de Toronto, des réunions téléphoniques étaient régulièrement organisées. Le personnel de l’hôpital qui y participait comprenait le directeur médical de la PCI ou la directrice de la PCI pour l’hôpital, l’un des deux gestionnaires de projet, l’IP, les médecins qui codirigeaient l’équipe et le directeur des services environnementaux. Les infirmières et infirmiers autorisés de l’équipe participaient aux réunions des établissements qu’ils aidaient. Du côté des établissements de soins de longue durée, les gestionnaires, les directeurs des soins, les administrateurs des établissements et les directeurs médicaux étaient invités à participer à ces réunions téléphoniques. On y discutait de la gestion et de la prévention des éclosions. Au total, 29 de ces réunions ont eu lieu pour les trois établissements, soit en moyenne 9,7 réunions (écart type = 2,5) par établissement.

On a demandé aux directeurs des soins des trois établissements de répondre de façon anonyme à un questionnaire électronique. Ils se sont dits satisfaits de la gestion sur place des éclosions de COVID‑19 par notre équipe et ont estimé que nous avions contribué à leur capacité de gérer les éclosions actuelles et futures. Aucune nouvelle éclosion n’avait eu lieu dans ces trois établissements 90 jours post-éclosion.

Enseignements tirés

De nombreux établissements de soins de longue durée en Ontario n’avaient pas la formation, le personnel ou les ressources nécessaires pour gérer indépendamment les éclosions de COVID‑19. Notre équipe PCI‑FFM a cependant réussi à aider des établissements de soins à gérer leurs éclosions. La stratégie, le plan de mobilisation, la constitution et le mandat de l’équipe ont été expressément conçus et modifiés en fonction des observations et rétroactions.

Les établissements de soins de longue durée n’étaient pas tenus de se soumettre à une évaluation de la PCI‑FFM ou de recevoir la formation. Par conséquent, l’Hôpital général de North York a dû dialoguer directement avec chacun d’eux pour bâtir un partenariat qui permettrait à notre équipe d’y entrer. Il est difficile de déterminer si les éclosions auraient été écourtées ou prévenues si les établissements avaient accédé plus tôt à l’équipe PCI‑FFM.

L’intervention de l’hôpital se distinguait par la composition interprofessionnelle de notre équipe. Le fait d’avoir des infirmières et infirmiers autorisés, une IP et des médecins a créé des liens forts avec le personnel des établissements de soins, car l’équipe pouvait ainsi proposer des stratégies de PCI réalistes pouvant être appliquées sans interrompre les soins aux patients. Le temps passé sur les lieux dans chacun de ces établissements, combiné aux nombreuses réunions téléphoniques, a également favorisé la collaboration.

Prochaines étapes

D’avril à juillet 2020, notre équipe PCI‑FFM a offert des évaluations et de la formation à plus de 25 établissements de soins de longue durée, résidences pour personnes âgées et autres lieux de soins regroupés de la zone relevant de l’Hôpital général de North York. Note équipe a aussi apporté son assistance à ces établissements pour la préparation de l’automne 2020. L’objectif était de renforcer la capacité des établissements à prévenir de futures vagues de COVID‑19. Personne n’a reçu le don de clairvoyance pendant cette crise mondiale, mais il est permis d’espérer que si nous faisons profiter les autres de notre expérience, ces stratégies pourront être reproduites en cas de besoin.

Remerciements

Les membres du programme de PCI‑FFM de l’Hôpital général de North York comprenaient le Dr K. Katz, M. McGuire, S. Daub, R. Dahdal, K. Abdul-Shahied, D. Adams, J. Schembri, T. Belfer, J. Minsky, D. Crawford, K. Gurr, S. Neizova et K. Vandenbroek.

Tableaux

(Nous vous recommandons de visionner les tableaux sur un ordinateur de bureau.)

wheelchair by a bed
istockphoto.com/byryo

Tableau 1
Cas chez les résidents et le personnel, durée des éclosions et nombre de lits dans les établissements de soins de longue durée

Numéro d’identification de l’établissement Visite de l’équipe PCI‑FFM Nombre de résidents avec un diagnostic de COVID‑19 Nombre d’employés avec un diagnostic de COVID‑19 Durée de l’éclosion (jours) Nombre de lits
1 Y 83 21 82 195
2 Y 44 5 61 194
3 Y 2 2 20 378
4 N 86 41 90 128
5 N 79 40 97 215
6 N 35 6 63 55
7 N 45 10 63 131
8 N 2 3 37 204
9 N 3 1 40 200
team of nurses wearing personal protective gear (masks, face shield, etc.)
istockphoto.com/disobeyart

Tableau 2
Différences entre les établissements de soins de longue durée aidés par l’équipe PCI‑FFM et les établissements correspondants

  Moyenne Écart type Erreur type Valeur de p (test U de Mann-Whitney, z)
Cas de COVID‑19 chez les résidents
Hôpital général de North York assisté par l’équipe FFM 43,0 40,5 23,4  
Autres établissements de l’étude 41,7 36,0 14,7 1,0 (9,5, 0,1)
Cas de COVID‑19 chez le personnel
Hôpital général de North York assisté par l’équipe FFM 9,33 10,214 5,897  
Autres établissements de l’étude 16,83 18,584 7,587 0,7 (11,0, 0,5)
Durée de l’éclosion
Hôpital général de North York assisté par l’équipe FFM 54,33 31,533 18,206  
Autres établissements de l’étude 65,00 24,763 10,109 0,5 (12,0, 0,8)
Nombre de lits
Hôpital général de North York assisté par l’équipe FFM 255,67 105,945 61,167  
Autres établissements de l’étude 155,50 62,176 25,383 0,5 (6,0, -0,8)
close up of notes
pexels.com/pixabay

Tableau 3
Nombre de visites, réunions d’équipe et stratégies mises en œuvre

Numéro d’identification de l’établissement Visites de l’équipe PCI‑FFM n Réunions téléphoniques n Services d’entretien (O/N) Champions de la PCI formés (O/N) Éclosions avant l’intervention de la PCI‑FFM (en jours) n Éclosions après l’intervention de la PCI‑FFM (en jours) n
1 20 12 Y N 33 28
2 16 10 Y Y 56 26
3 9 7 N N 2 18
Total (moyenne, écart type) 45 (15, 5,6) 29 (9.7, 2,5) 2 1 91 (30,3, 27,1) 72 (24,0, 5,3)

Références

Gouvernement de l’Ontario. L’Ontario agit sans tarder pour mieux protéger les résidents et le personnel des foyers de soins de longue durée de la COVID‑19, 2020a. Consulté sur : https://news.ontario.ca/fr/release/56740/lontario-agit-sans-tarder-pour-mieux-proteger-les-residents-et-le-personnel-des-foyers-de-soins-de-l

Gouvernement de l’Ontario. Réponse de l’Ontario au COVID‑19, 2020b. Consulté sur : https://www.ontario.ca/fr/page/reponse-ontario-au-covid-19

Gouvernement du Canada. Maladie à coronavirus (COVID‑19) : Mise à jour sur l’éclosion, 2020a. Consulté sur : https://www.canada.ca/fr/sante-publique/services/maladies/2019-nouveau-coronavirus.html

Gouvernement du Canada. Maladie à coronavirus de 2019 (COVID‑19) : Mise à jour quotidienne sur l’épidémiologie, 2020b. Consulté sur : https://sante-infobase.canada.ca/covid-19/resume-epidemiologique-cas-covid-19.html

Pallant, J. SPSS survival manual (6e éd.), 2016, Berkshire (G.-B.), McGraw Hill Education.

Santé publique Ontario. COVID‑19 : Liste de vérification en matière de prévention et de contrôle des infections dans les foyers de soins de longue durée et les maisons de retraite, 2020a. Consulté sur : https://www.publichealthontario.ca/-/media/documents/ncov/ipac/covid-19-ipack-checklist-ltcrh.pdf?la=fr

Santé publique Ontario. COVID‑19 : résumés épidémiologiques de Santé publique Ontario, 2020b. Consulté sur : https://covid-19.ontario.ca/fr/covid-19-resumes-epidemiologiques-de-sante-publique-ontario

Stall, N. M., Farquharson, C., Fan-Lun, C., Wiesenfeld, L., Loftus, C. A., Kain, D., … R. Mahtani. « A hospital partnership with a nursing home experiencing a COVID‑19 outbreak: Description of a multiphase emergency response in Toronto, Canada », Journal of the American Geriatrics Society, 68(7), 2020, p. 376-1381. https://doi.org/10.1111/jgs.16625


Monakshi Sawhney, IP-Adultes, Ph. D., est professeure agrégée à l’École des sciences infirmières, Université Queen’s de Kingston (Ont.), et infirmière praticienne au département de chirurgie de l’Hôpital général de North York à Toronto (Ont.).
Michael J. Lamb, M. D., MBBS, est directeur du Département de médecine interne à l’Hôpital général de North York, Toronto (Ont.).
Anthony La Delfa, M. D., MBBS, est docteur en médecine générale interne, maladies infectieuses, à l’Hôpital général de North York, Toronto (Ont.).

#pratique
#préventionetcontrôledel’infection
#maladiesinfectieuses
#pratiqueinterdisciplinaire
#collaborationinterprofessionnelle
#soinsdelonguedurée
#collaborationintraprofessionnelle
#covid-19
0 comments
117 views

Connectez-vous pour laisser un commentaire