Blog Viewer

À quoi pouvons-nous nous attendre? Coup d’œil à la plateforme et à la victoire des libéraux aux élections de 2019

  
https://www.canadian-nurse.com/blogs/cn-content/2019/11/20/what-can-we-expect-a-look-into-the-liberal-governm
nov. 20, 2019, Par: Sarah Nolan

Messages à retenir

  • Les libéraux ont gagné, mais ils ont perdu leur majorité, ce qui signifie qu’ils devront collaborer avec les autres partis politiques pour promulguer des lois.
  • Il est possible que le gouvernement fédéral dépense plus d’argent pour tenir ses promesses électorales, entre autres pour l’assurance médicaments universelle, des soins palliatifs et à domicile plus accessibles, des soins virtuels à plus grande échelle et des mesures pour s’assurer que toute la population canadienne ait accès à un médecin ou à une équipe de soins de santé primaire.
  • L’AIIC fait le nécessaire pour rencontrer des représentants du gouvernement pour s’assurer que des solutions axées sur les soins infirmiers soient mises de l’avant pour répondre aux besoins de la population canadienne, y compris des effectifs infirmiers stables.

Le 21 octobre 2019, le Parti libéral du Canada a conservé le pouvoir en obtenant un gouvernement minoritaire. Les sondages étaient très serrés tout au long de la campagne électorale de 2019, et les conservateurs ont gagné le vote populaire, avec 34,4 % des voix, alors que les libéraux ont obtenu 33,1 % des votes. Cependant, comme l’ont souligné les médias dans l’ensemble du pays, tous les partis ont perdu : les libéraux ont vu la majorité leur échapper, les conservateurs n’ont pas formé le gouvernement, les néo-démocrates ont perdu beaucoup de sièges, les Verts n’ont pas obtenu le nombre de sièges anticipé et si le Bloc Québécois est le grand « gagnant » à titre de nouvelle opposition, il n’a aucune influence réelle au gouvernement.

Qu’est-ce que tout cela signifie? Eh bien, pour commencer, l’époque où nous avions un gouvernement majoritaire est révolue, et les libéraux devront travailler avec leurs collègues parlementaires pour promulguer des lois. Cela veut entre autres dire travailler avec les néo-démocrates qui, pendant la campagne, ont promis de gros investissements dans la santé et le secteur des soins de santé. Cela pourrait signifier plus de dépenses pour les soins de santé et, peut-être, un régime d’assurance médicaments universel, prix que les libéraux devront payer pour voir leurs programmes et projets de loi soutenus par les néo-démocrates.

Penchons-nous de plus près sur les dépenses qu’ont promises les libéraux, lors des élections, pour la santé et les soins de santé et sur ce qu’elles signifient pour vous.

Principaux engagements

  • Veiller à ce que tous les Canadiens et Canadiennes aient accès à un médecin ou à une équipe de soins de santé primaire.
  • Fixer des normes nationales pour l’accès à des services de santé mentale.
  • Améliorer l’accès aux soins palliatifs et aux soins à domicile.
  • Prendre des mesures pour mettre en place un régime national et universel d’assurance médicaments.
  • Aider les provinces et les territoires à développer leurs services dans la communauté, à augmenter le nombre de lits dans les hôpitaux et à offrir à plus grande échelle les programmes efficaces, comme prolonger les heures d’ouverture d’InSite et des autres sites de consommation de drogue supervisée.
  • Travailler avec les provinces et les territoires pour que les médicaments de santé sexuelle et génésique soient couverts par le régime national d’assurance médicaments.
  • Créer un Institut national de recherche en santé des femmes.
  • Veiller à ce que les peuples autochtones aient accès à des soins de santé et des services de santé mentale culturellement adaptés.

Principaux oublis

Les omissions les plus flagrantes dans ces engagements sont les montants et les détails.

Comme c’est souvent le cas pour les dépenses et programmes de soins de santé, la réalisation de bon nombre des promesses énumérées sur la plateforme repose largement sur la coopération avec les provinces et les territoires. Or, en ce moment, un fossé sépare le fédéral, le provincial et le territorial : beaucoup choisissent de se révolter contre le gouvernement libéral actuel, et certaines provinces se montrent même incapables de travailler ensemble. Ces divisions seront un défi de taille pour monsieur Trudeau lorsqu’il s’agira de se tailler des « victoires » avant les prochaines élections.

Bonnes nouvelles pour les infirmières et les infirmiers?

La plateforme électorale comporte également des promesses à gros budget visant l’infrastructure et l’innovation. Ce sont là d’excellentes nouvelles pour le personnel infirmier, qui poursuit les pressions pour avoir, à l’extérieur des hôpitaux, plus de soins virtuels, qui dépendent de la technologie, et pour une utilisation plus large des technologies existantes dans les soins à domicile et dans la communauté. De nouvelles modalités de soins virtuels ont permis un accès rapide à des évaluations et traitements de santé en milieu rural ou isolé et ouvrent des possibilités pour soigner des gens qui, partout au Canada, ont de la difficulté à accéder à des services de santé.

Lorsque le gouvernement fédéral mettra en place plus de soutiens pour les soins à domicile, l’Association des infirmières et infirmiers du Canada (AIIC) sera là pour demander des dépenses accrues, au fédéral et au provincial, pour les soins virtuels, les consultations électroniques et les dossiers électroniques.

Dans son discours postélectoral, le premier ministre a indiqué que les changements climatiques, le coût de la vie et les temps d’attente pour l’aide médicale à mourir comptaient parmi les priorités des 100 premiers jours de son mandat. Il promettait plus de détails dans son discours du trône, dont la date et l’heure n’étaient pas encore connues au moment où nous écrivions ces lignes. L’AIIC attend ce discours avec impatience, car il déterminera notre façon de traiter avec le gouvernement fédéral sur de nombreuses questions importantes.

Engagements de l’AIIC

L’AIIC demeure déterminée à demander des comptes au gouvernement sur de nombreuses questions de politiques, y compris l’accès accru aux soins grâce à un régime d’assurance médicaments universelle à payeur unique; des soutiens pour les aidants naturels; des soins virtuels; des solutions pour les régions rurales et isolées; une augmentation du soutien fédéral pour les soins palliatifs et les soins de fin de vie; des stratégies axées sur la réduction des méfaits pour la consommation de substances et les dépendances, y compris des soutiens accrus pour répondre à la crise des opioïdes; un plaidoyer pour la pratique et le leadership infirmiers avec la mise en place d’un responsable en chef des soins infirmiers; la suppression des obstacles qui empêchent les infirmières et les infirmiers d’exercer au maximum de leurs compétences; le renforcement des effectifs en santé par la lutte contre la violence en milieu de travail et la réduction des effets néfastes des changements climatiques sur la santé.

L’AIIC continuera de travailler avec le gouvernement fédéral et tous les parlementaires pour faire avancer les politiques et priorités auxquelles les infirmières et infirmiers tiennent le plus en matière de santé. Lorsque le Parlement siégera à nouveau, nous nous efforcerons d’obtenir des rencontres au Bureau du premier ministre et avec le ou la ministre de la Santé pour déterminer comment nous travaillerons ensemble pour que les promesses du gouvernement et les priorités de l’AIIC se traduisent par des mesures concrètes.

Par ailleurs, l’AIIC veillera à ce que les solutions proposées par le personnel infirmier pour répondre aux besoins de la population canadienne en matière de santé soient prises en compte, comme l’importance de garantir des effectifs infirmiers stables pour répondre aux besoins grandissants de la population.

L’AIIC travaillera également avec les provinces et les territoires pour mettre de l’avant des politiques visant à promouvoir une plus grande collaboration entre tous les niveaux de gouvernement.


Sarah Nolan est responsable par intérim des politiques et relations gouvernementales à l’Association des infirmières et infirmiers du Canada, équipe dont elle fait partie depuis en mars 2019. Elle est chargée d’apporter des idées et des conseils stratégiques à l’Association sur les politiques publiques et pour ses activités de plaidoyer sur la scène fédérale.

#événementsindésirables
#politiquessanitaires
#systèmedesanté
#analyse
0 comments
41 views

Connectez-vous pour laisser un commentaire