Terminologie 101 : Sensibilité des tests de dépistage

Octobre 2015   Commentaires

Sensibilité : Calcul qui détermine la proportion de patients atteints d’une maladie et correctement classés comme tels par le test de dépistage t

Source : Webb, P., et Bain, C. Essential Epidemiology: An Introduction for Students and Health Professionals. (2e éd.), 2011, Cambridge (R.-U.), Cambridge University Press


La sensibilité est une mesure importante dont on se sert pour évaluer la performance d’un test de dépistage, par rapport à un test de référence. Elle désigne la capacité du test à identifier correctement les gens qui sont atteints de la maladie en question. En déterminant la sensibilité d’un test, on répond à la question suivante : quelle proportion des patients atteints de la maladie a reçu, à juste titre, un résultat positif au test? Les cas où le résultat est positif et où le patient a la maladie sont appelés vrais positifs (VP). Dans ceux où le test produit un résultat négatif pour une personne qui a la maladie, on parle de faux négatifs (FN). Un test de dépistage très sensible produit très peu de FN.

Les cliniciens préféreraient utiliser seulement des tests de dépistage très sensibles, mais cela n’est pas toujours possible. La valeur minimale jugée acceptable pour la sensibilité d’un test varie selon la nature du problème de santé que l’on veut dépister. Prenons par exemple le don de sang. Les donneurs de sang sont systématiquement soumis à un test de dépistage de pathogènes transmissibles par le sang afin d’éviter que d’éventuels bénéficiaires ne reçoivent du sang contaminé. Il est extrêmement important que ce test de dépistage identifie autant de donneurs infectés que possible (une sensibilité de 100 % serait idéale) pour réduire au minimum le risque de produire un résultat négatif pour des gens qui ont une maladie transmissible par le sang. En effet, il est beaucoup moins grave de rejeter une unité de sang non contaminé classé par erreur comme positif (un faux positif, ou FP) que d’administrer à un patient une unité de sang contaminé classé par erreur comme négatif (FN).

Comment calcule-t-on la sensibilité? Reprenons le scénario du don de sang et disons que nous avons utilisé un test référence pour déterminer que le sang de 100 donneurs potentiels est contaminé par des pathogènes transmissibles par le sang. Nous essayons ensuite d’utiliser un autre test de dépistage plus économique et établissons qu’il identifie correctement le sang de 97 de ces donneurs comme positif (VP) et incorrectement le sang des trois autres donneurs comme négatif (FP). La sensibilité du test est calculée en divisant le nombre de VP par la somme des VP et des FN, c’est-à-dire VP/(VP+FN). Le résultat est 97 %, ce qui indique une solide sensibilité. Si le test avait mal classé le sang de 30 des donneurs comme étant négatif, cependant, le résultat aurait été 70/(30+70), soit 70 %. Un tel score aurait été préoccupant, étant donné la gravité des conséquences advenant que soit administré le sang contaminé.

D’un autre côté, les conséquences d’une perte auditive non diagnostiquée étant moins graves, une sensibilité de 75 % pour un test de dépistage de pertes auditives chez des enfants d’âge scolaire pourra être jugée acceptable.


INF-Fusion.ca Articles sur le sujet

ProQuest ebrary

  • Dunleavey, R. Cervical Cancer: A Guide for Nurses, 2009.
  • Dunning, T. Care of People with Diabetes: A Manual of Nursing Practice (3e éd.), 2009.
  • Institute of Medicine. Cancer-related Genetic Testing and Counseling: Workshop Proceedings, 2007.
  • Institute of Medicine. Implementing Colorectal Cancer Screening: Workshop Summary, 2008.
Maher M. El-Masri, inf. aut., Ph.D.

Maher M. El-Masri, inf. aut., Ph.D., est professeur agrégé et chercheur à la faculté de sciences infirmières de l’Université de Windsor, en Ontario.

comments powered by Disqus